CENTRE D'EXPLOITATION ROUTIER ET CENTRE FORESTIER-SAPEURS

à OLONZAC (34)
Atelier d'architecture
Bourdeau Soto ©

Maîtrise d’ouvrage : CONSEIL GENERAL DE L’HERAULT 

Montant des travaux : 2,4 M€ HT

Mission : Concours

Date : 2013

// UN « VOLUME UTILE » QUI SE DEVELOPPE SELON LE PROGRAMME MULTIFONCTIONNEL ET QUI S’ADAPTE A LA MORPHOLOGIE NATURELLE DU SITE.

Situé en limite Est de la commune, cette parcelle doit jouer un rôle important dans le développement d’Olonzac car elle se situe dans la ZAE du Fontaigous, zone d’activités qui doit redynamiser la vie économique de la commune : il s’agit donc à la fois d’un nouveau quartier du village situé en limite d’urbanisation mais aussi de la transition avec un espace à vocation agricole. 

Le traitement architectural du projet de centre technique intègre cette dimension : le bâtiment devra marquer positivement la zone d’activités, signifier la vocation du secteur en matière d’équipements techniques, tout en s’inscrivant modestement dans le paysage champêtre. Il devra à la fois incarner et exprimer clairement sa fonction, tout en s’insérant dans son milieu, et ce, sans le dénaturer.

Pour répondre au mieux aux contraintes environnementales du site (climatologie, ruisseau inondable au sud, chemin d’accès à l’ouest, accès au SDIS à l’Est et nuisances de la RD52 au nord), le projet s’installe le long des limites Nord et Est. Ce positionnement évite une implantation le long de la rue, permet de dégager de l’espace pour les fonctionnements des flux et des équipements extérieurs, et autorise une extension future.

L’accès à la parcelle s’effectue depuis la voirie secondaire à l’Ouest et permet d’un seul regard, d’identifier les différents pôles (centre des forestiers-sapeurs, agence des routes, centre d’exploitation routier) installés dans le bâtiment.

Atelier d'architecture
Le Parti Architectural

La morphologie du bâtiment s’exprime par une volumétrie simple et sobre qui s’étire et se déforme selon les limites du terrain et les usages du programme. Un bâtiment unique qui limite les impacts environnementaux, regroupe donc l’ensemble des fonctions demandées, afin d’aboutir à une gestion des moyens optimisée.

 

Une volumétrie générale reprenant la typologie des constructions rurales locales : volume simple et toiture double pente.

L’environnement et la destination de l’équipement nous ont orienté sur une structure à portiques bois, de type lamellé-collé, qui permet de dégager de grands espaces libres, nécessaires aux parties techniques du programme.

Le parti architectural repose sur le principe de l’extrusion de matière : l’édifice recouvert d’une peau en zinc, présente des retraits et des excroissances qui identifient la lecture des fonctions sur la façades. Ces retraits sont traités en bardage en lames de bois issu des filières locales.

Le choix des matériaux se base sur un contraste tant au niveau des textures, des couleurs, que du caractère manufacturé ou naturel.

Le zinc, référence au monde des bâtiments techniques, outre ses qualités physiques intrinsèques (technique traditionnelle et pérennité), confère une écriture architecturale contemporaine à partir de la réécriture et de l’utilisation d’un matériau traditionnel.

Le bois (présent en charpente et en bardage), matériau bio-sourcé par excellence, affirme le caractère naturel et durable de l’édifice et des activités s’y déroulant (forestiers-sapeurs).

 

Le parti architectural se veut la résultante de la parfaite identification des 3 pôles et de leurs relations du point de vue fonctionnel. La partie centrale dédiée aux activités tertiaires et aux espaces sociaux est la zone de convergence et de liaison entre les 2 ailes d’activités techniques.

Dans le même raisonnement, le parti architectural est initié par les principes de l’architecture bioclimatique et de ses conséquences environnementales sur le site. La forme architecturale et l’implantation permettent de se protéger des vents dominants du Nord et de s’ouvrir sur les zones sud et ouest. Les zones tampons ou pièces techniques peu ouvertes, se retrouvent sur les façades « froides » et arrières, tandis que les pièces chauffées (bureaux…) s’ouvrent sur les façades protégées et ensoleillées. 

Atelier d'achitecture
Aterlier d'architecture
Atelier d'architecture